Preloader
162.705 € de 300.000 €
Devenez donateur
nl

Un procès dont tout le monde sort gagnant

Le procès

L’ASBL L’Affaire Climat (Klimaatzaak) a intenté un procès aux quatre autorités belges. Cette ligne du temps permet de mieux comprendre le déroulement de notre action en justice.

La ligne du temps :

1er décembre 2014 : L’ASBL L’Affaire Climat (Klimaatzaak) a envoyé une mise en demeure aux quatre autorités belges (la Région flamande, la Région wallonne, la Région de Bruxelles-Capitale et l’Etat fédéral). L’ASBL L’Affaire Climat (Klimaatzaak) a demandé aux autorités de respecter leurs engagements – à savoir la réduction, d’ici 2020, de 40% des émissions de gaz à effet de serre en Belgique par rapport à celles émises en 1990.

Mars 2015 : L’ASBL L’Affaire Climat (Klimaatzaak) est invitée par la ministre fédérale Marie-Christine Marghem à siéger autour de la table avec les quatre ministres compétents. Il apparaît impossible d’arriver à un consensus.

27 avril 2015 : L’ASBL L’Affaire Climat (Klimaatzaak) envoie une citation à un huissier de justice.

1-2 juin 2015 : Un mois plus tard, l’assignation est arrivée chez les ministres concernés. Cela signifie le début de la procédure judiciaire.

Le tribunal compétent est le tribunal de première instance francophone de Bruxelles. En raison de la législation linguistique en vigueur, la procédure devait être lancée en français. Il est possible de choisir de poursuivre en néerlandais ou en français seulement lorsque une partie défenderesse est située à Bruxelles. Étant donné que dans cette action en justice, une des parties défenderesses (la Région wallonne) est située en dehors de Bruxelles, ce choix n’existe pas selon la législation linguistique et l’affaire devait être ouverte en français.

11 juin 2015 : Durant l’audience d’introduction, la Région flamande demande un changement de langue de la procédure judiciaire vers le néerlandais. Si ce changement est impossible, la Région flamande désire alors que la procédure soit scindée en deux. Cela signifie que deux procédures doivent être menées : une en néerlandais et une en français. Outre le fait que les frais de justice soient doublés, il y a un risque réel que deux jugements différents soient prononcés.

25 septembre 2015 : Le tribunal de première instance francophone de Bruxelles n’accorde pas ce changement à la Région flamande.

23 octobre 2015 : La Région flamande refuse d’accepter cette décision et la conteste, au moyen d’une procédure spéciale auprès d’un tribunal d’arrondissement, une juridiction avec des juges néerlandophones et francophones. Ceux-ci jugent si la législation linguistique a été violée par le juge francophone du tribunal de première instance de Bruxelles.

8 février 2016 : Le tribunal d’arrondissement confirme avec son jugement, la première décision de justice. La langue de la procédure reste le français. En outre, l’affaire doit rester un ensemble indivisible devant toutes les autorités.

26 avril 2016 : La ministre flamande Joke Schauvliege fait savoir devant la Commission de l’environnement qu’elle ira en cassation contre la décision. Via la Cour de cassation, elle souhaite casser le jugement du tribunal d’arrondissement. L’arrêt de la Cour de cassation peut nous faire perdre jusqu’à 18 mois de retard.

Pas un mot n’a encore été prononcé en matière de climat depuis le début de l’action en justice en juin 2015. Pour l’ASBL L’Affaire Climat (Klimaatzaak), la langue dans laquelle le procès aura lieu n’a aucune importance, pour nous c’est l’objectif final qui prime.

Et maintenant ? Il faudra encore beaucoup de temps avant que le procès puisse vraiment commencer.

Tout d’abord, toutes les parties auront la possibilité de s’échanger par écrit leurs arguments ou conclusions. Ces rondes de conclusion peuvent durer entre 12 et 18 mois.

Après que toutes les conclusions ont été échangées entre les différentes parties, l’audience de plaidoiries aura lieu. Au cours de cette séance, les avocats de toutes les parties plaident devant le juge et expliquent leurs arguments écrits. Il s’agit d’une séance publique où tous les co-demandeurs peuvent prendre part.

Un à trois mois plus tard, le juge prononcera son jugement. C’est alors que la décision tombera et que nous saurons si les exigences de l’ASBL L’Affaire Climat (Klimaatzaak) seront acceptées.

Le déni ne résout rien, l’action bien. Il est grand temps.

- Griet Op De Beeck, auteure. -

Le réchauffement climatique menace notre prospérité et notre sécurité. Nous devons arrêter cela.

- Jonathan Holslag, politlogue -

La question n’est pas comment l’homme peut sauver la terre, mais comment l’humanité peut se sauver face au réchauffement de la planète.

- Alexia Leysen, régisseuse de théâtre -

Pouvons-nous aujourd’hui regarder en arrière et jurer que nous avons fait de notre mieux ? Demain je l’espère…

- Sihame El Kaouakibi, entrepreneuse sociale -

Le plus grand groupe de victimes du changement climatique est en réalité le moins responsable. Je soutiens.

- Tine Hens, journaliste -

Que pouvez-vous faire en tant que simple citoyen pour changer les choses ? Devenez co-demandeur bien entendu…

- Stan Van Samang, chanteur & acteur -

En matière de politique climatique, la Belgique a fortement évolué. De meneuse à menée.

- Saartje Vandendriessche, présentatrice -

Je préfère aller dans le Sud plutôt que le Sud vienne à moi.

- Kamagurka, dessinateur -

C’est du gagnant-gagnant ou du perdant-perdant. La balle est dans le camp de nos gouvernements.

- Serge de Gheldere, président de l’ASBL L’Affaire Climat -

Se souviendra-t-on de nous comme des héros ? Ou comme des êtres apathiques ayant délaissé la question du climat ?

- Ignace Schops, ambassadeur du climat -

Il y a urgence. Mais notre gouvernement dort encore.

- Stijn Meuris, écrivain & musicien -

Cela demande un peu plus de 5 minutes de courage politique. Mais c’est apodictique.

- Joost Callens, CEO Durabrik -

A force d'avoir crié "act now" à des manifs, je trouve que tous les moyens démocratiques sont légitimes pour faire bouger nos politiques sourds et aveugles.

- Michel Genet, directeur Etopia -

4 ministres du climat, 0 politique. Il est grand temps que nous nous activons.

- Stijn Devillé, régisseur de théâtre -

Le changement commence par la conviction que vous pouvez changer quelque chose.

- Dirk De Clippeleir, directeur général de l’AB -

Parce qu’il vaut mieux éteindre le feu au début d’un incendie. Pas à la fin.

- Nic Balthazar, régisseur -

Si nous ne garantissons pas la valeur de la terre, alors quoi d’autre ?

- Johan Van Den Bosch, biologiste -

Devenez co-demandeur de L’affaire Climat. Car vous êtes déjà co-victime de la politique climatique.

- Francesca Vanthielen, présentatrice/actrice -

L’affaire Climat est une nécessité. Votre soutien est une sacrée bonne chose.

- Lambert Schoenmaekers, chef de projet RLKM -

Comment pouvez-vous garder la tête froide lorsque que la terre se réchauffe ?

- Koen Vanmechelen, artiste -

La manière dont nous choisissons de lutter contre le changement climatique est l’ultime test de notre humanité.

- Tom Brookes, directeur ECF -

Celui qui ne s’est toujours pas réveillé a dû se tromper de siècle.

- Jeroen Olyslaegers, auteur -

Pourquoi nous vous assignons en justice, Madame Schauvlieghe? Pour mes enfants. Et pour les vôtres.

- Sarah Van Riel, chef de projet -

Le changement de climat commence par un changement de politique. Tout soutien est le bienvenu.

- Tim Coene, copywriter de l’ASBL L’Affaire Climat -

Recherché: des co-demandeurs pour réchauffer nos ministres du climat.

- Tom Lenaerts, réalisateur TV -

La terre s’est déjà échauffée mais la politique est encore dans les vestiaires.

- Wannes Cappelle, chanteur & acteur -

Je veux un avenir durable:

Devenez co-demandeur